Rendez-vous Rétro - Les jeux et consoles qui m’ont marqué. (Partie 2)

Le Mercredi 06 Avril 2022

On se retrouve cette semaine pour terminer notre voyage à travers les différentes générations de consoles, au sein de l’univers du Rétro. Avant de commencer, la seule génération de consoles dont nous ne parlerons pas est celle des consoles nouvelle génération, sorties en 2020. Nous n’aborderons pas non plus le sujet des consoles portables. Qui sait, cela pourrait faire l’objet d’une ou plusieurs chroniques à l’avenir... Alors, on reprend notre progression ? C’est parti !

 

Cinquième génération - Le grand tournant 

Si le titre est un peu exagéré, c’est surtout parce que je ne voulais pas me contenter d’affirmer que la 3D se généralisait dans les jeux à cette période. C’était surtout l’occasion pour l’industrie du jeu vidéo de proposer des titres aux thématiques plus matures : les enfants joueurs des années 80 avaient grandi, et les consoles de jeu commençaient à ne plus être considérées seulement comme des jouets pour les plus jeunes. Ainsi, les développeurs ont pensé le jeu vidéo autrement. C’est à cette période que le géant Sony s’est imposé en tant que constructeur avec la sortie de sa première console en 1994 : La PlayStation 1. Le jeu qui m’a le plus retourné le cerveau dans le milieu des années 90… C’est évidemment Final Fantasy VII. L’arrivée de la franchise de Square sur PlayStation a été une révolution. L’utilisation d’un support CD permettait de graver plus de données que sur les cartouches, beaucoup plus rependues à cette époque. Mais la genèse de la création de la PlayStation 1 est une autre histoire !

 

Sixième génération - Le champion nommé Sony

C’est sans doute la génération de consoles qui a fait le plus de bruit. La PlayStation 2, petite sœur de sa prédécesseure, est sorti en l’an 2000 et écrase tout sur son passage. Pour ce qui est des concurrents justement : Sega arrêtera de produire sa Dreamcast l’année suivante, Microsoft se lancera dans l’arène avec la première Xbox et enfin la GameCube de Nintendo aura une vie honorable mais sa réputation seule ne suffira pas à gagner la guerre des consoles de salon. Mon jeu préféré de cette génération est sans conteste le grand Shenmue, au destin tragique. Cette licence aurait, selon certains, été responsable de la fin de Sega en tant que constructeur de console ! Mon avis personnel est évidemment plus nuancé sur la question…

 

 

Septième génération – Vers d’autres cieux  

Si Microsoft et Sony ont du succès durant cette génération avec leurs nouvelles consoles, notamment la Xbox 360 et la PlayStation 3, celle qui a marqué le grand public c’est certainement la Wii. La console de Nintendo a abandonné la course à la puissance, au profit d’une console plus conviviale, plus orientée vers l’expérience de jeu. Si les joueurs hardcore l’ont souvent considérée, au mieux comme une console d’appoint, au pire comme la console pour les enfants, elle a permis à l’industrie du jeu vidéo d’arriver massivement dans les foyers et de toucher un ensemble nouveau de joueuses et de joueurs. Le jeu de la génération ? Cette fois, difficile de trancher, mais je dirais la série des Mass Effect  (Andromeda étant à oublier). Mass Effect c’est un RPG occidental d’exception qui mérite toute votre attention et qui m’a fait oublier la notion du temps. 

 

 

Huitième génération - Faire mieux, sans plus.

A l’heure où les consoles se sont rapprochées de l’identité des jeux PC, en proposant des titres qui se ressemblent tous, il est difficile de trouver des œuvres qui osent sortir des sentiers battus. En dehors des studios indépendants qui ont connu un essor grandissant, avec l’arrivée de nouveaux jeux inde reconnus par le grand public tels que Shovel Knight, Undertale ou encore Hollow Knight, les grands studios sont frileux à l’idée de prendre des risques. Avec une certaine uniformisation du hardware, les perles sont rares. On notera tout de même que Nintendo continue de faire bande à part. Cette fois, je retiens Death Stranding comme jeu de la génération, non pas seulement parce qu’il est marquant, mais également parce qu’il est l’une des rares licences qui ont vu le jour à partir de rien. 

 

 

Et voilà, nous avons terminé ce voyage entre les époques. Bien d’autres chroniques vous attendent dans les prochaines semaines et pour toutes les lire, restez connectés ! L’univers Rétro est vaste !

 

@MatthieuMeignan

 

Vos commentaires

Vous devez être inscrit pour poster votre avis.

Je m'inscris Je me connecte